Si Qualcomm, leader du marché des puces pour téléphones portables, affiche un bénéfice net de 620 millions de dollars et un chiffre d'affaires en hausse de 25 %, qui témoignent de l'engouement...

Si Qualcomm, leader du marché des puces pour téléphones portables, affiche un bénéfice net de 620 millions de dollars et un chiffre d'affaires en hausse de 25 %, qui témoignent de l'engouement pour les téléphones mobiles, les résultats de Nokia déçoivent quelque peu les marchés : la hausse des ventes est contrebalancée par une baisse significative des marges.
 
Qualcomm annonce pour le premier trimestre de son exercice, clos au 25 décembre dernier, un bénéfice net de 620 millions de dollars, soit 36 cents par action, contre 513 millions un an plus tôt. Son chiffre d'affaires atteint 1,74 milliard de dollars, en hausse de 25 %.
 
Son directeur financier estime devoir s'attendre à une légère baisse pour le deuxième trimestre, qu'il impute à une tendance saisonnière. Il anticipe un trimestre un bénéfice par action de 35 à 37 cents et un chiffre d'affaires de 1,63 à 1,73 milliard de dollars.
 
De son côté, le Finlandais Nokia continue à gagner des parts de marché (environ 33 %) et voit son chiffre d'affaires progresser sur l'année 2005 de 16 % à 34,2 milliards d'euros. Bien que les ventes continuent à augmenter, les résultats souffrent de la baisse des tarifs des téléphones mobiles, dont le prix de vente moyen est tombé à 99 euros.
 
En cause : les pays émergents, comme l'Inde, la Chine ou l'Amérique latine, qui privilégient les combinés d'entrée de gamme aux téléphones derniers cri. Ainsi, le bénéfice net du Finlandais reste quasiment inchangé, à 1,07 milliard d'euros sur le quatrième trimestre 2005. Sur l'année, il n'enregistre qu'une hausse de 7 %, à 4,6 milliards d'euros.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 26/01/2006)