Le comportement de la recherche en ligne et des achats en magasins continue de se développer, le cross-canal est alimenté par ailleurs par le phénomène du showrooming, de plus en plus significatif, notamment dans la cosmétique.

La tendance cross-canal se poursuit en France

Si pour 28% des marques sondées, les ventes en ligne ont déjà dépassé les ventes en magasins,  “le web représente toutefois un mouvement de fond pour les enseignes, quelle que soit leur catégorie» analyse Claire Koralewski, directrice générale du Fullsix Retail. En effet, les résultats de la deuxième vague du baromètre lancé au premier semestre de cette année par l’observatoire du ROPO (Research Online-Purchase Offline et vice versa) dresse le portrait du consommateur français en 2013 comme d’un “digital searcher” qui cherche en ligne et achète en magasin. Ainsi, malgré une baisse importante, les achats se font encore très largement (78%) en magasin.  

La tendance cross-canal se confirme

De plus, sur 100 visiteurs d’un site d’enseigne, 67% vont ensuite en magasin contre 43% qui choisissent d’acheter en ligne. Et curiosité oblige, les web-acheteurs comparent les produits et 60% de ceux qui n’ont pas acheté sur le site d’une enseigne vont acheter ensuite sur un site d’e-commerce. Ainsi, Amazon devient le premier bénéficiaire de ce phénomène. Il se positionne comme le premier distributeur non alimentaire en France. Parallèlement, la tendance cross-canal se confirme avec la montée en popularité des pratiques « showrooming » (visite en magasin, achats en ligne). « Cette pratique devient particulièrement significative dans des catégories comme les produits de beauté ou les téléphones » commente Claire Korlewski.  Parallèlement, les visiteurs cross-canal convertissent environ 20% de plus en magasin que les visiteurs qui se rendent exclusivement en magasin.

Une certaine cohérence entre les magasins physiques et le site Internet

Comment adapter la stratégie marketing aux comportements des consommateurs ? «Cela oblige d’abord à une certaine cohérence entre le site et les points de ventes physiques d’une marque» commente Claire Koralewski. «Néanmoins, cela ne signifie pas un alignement à 100%. Il faut faire comprendre aux clients qu’il peut exister des promotions ponctuelles en ligne tout comme un magasin local propose de temps en temps une solde exceptionnelle» souligne-t-elle.  «Quand les magasins sont fermés le dimanche, pourquoi ne pas inviter les clients à acheter en ligne ce jour-là». La relation Online et Offline est donc complémentaire.

Rédigé par Ruolin Yang
Journaliste