S’inspirant des méthodes ayant fait leurs preuves dans l’univers du micro-ordinateur, TMM va revoir totalement ses processus de fabrication “autrefois, on fabriquait puis on cherchait à vendre ce qu...

S’inspirant des méthodes ayant fait leurs preuves dans l’univers du micro-ordinateur, TMM va revoir totalement ses processus de fabrication “autrefois, on fabriquait puis on cherchait à vendre ce qui sortait de nos usines. Aujourd’hui, nous voulons faire l’inverse. Voir ce que le marché demande et produire en fonction”. Cherchant à réduire ses stocks et ses délais de livraison tout en répondant mieux aux attentes du marché, à l’image de Dell, TMM souhaite être capable de traiter la commande d’un distributeur en une semaine, contre quatre ou six aujourd’hui. 25 % de son chiffre d’affaires étant immobilisé à l’heure actuelle sous forme de stock, TMM veut réduire ce taux à 15 % en l’an 2000. Cette modernisation du système de production est devenue prioritaire “l’an dernier, nous avons vu 200 millions de dollars de commandes nous échapper rien qu’aux Etats-Unis parce que nous n’étions pas en mesure de livrer dans les temps ou de répondre à une demande de personnalisation des produits”. Ce modèle est bien entendu celui de Dell capable de répondre rapidement à des demandes spécifiques. Toutefois, il n’est pas question pour l’instant de lancer un programme de vente directe de produits bruns, court-circuiter la distribution pouvant se révéler dangereux “il y aurait là un risque de conflit évident”. L’objectif de ce programme, à court terme, est plutôt de resserrer les liens avec la distribution “ce programme doit aussi permettre à la distribution de réduire ses stocks et donc de se faire payer par le client avant d’avoir à nous régler. Ils immobiliseront moins d’argent. Ils seront gagnants grâce à nous et cela peut nous donner un avantage clef”. A plus long terme, si TMM exclut de vendre l’ensemble de ses marques sur Internet, il pourrait créer une nouvelle marque ou utiliser une de ses marques actuelles pour distribuer de manière originale des produits d’entrée de gamme. (Les Echos 03/07/1998)