Pour Tiscali, diviser ne signifie pas mieux régner. Après la vente de son antenne néerlandaise à KPN pour 225 millions d'euros, le fournisseur de services en ligne...

Pour Tiscali, diviser ne signifie pas mieux régner. Après la vente de son antenne néerlandaise à KPN pour 225 millions d'euros, le fournisseur de services en ligne Tiscali s'apprête à se séparer de ses activités allemandes. La cession de la branche tchèque devrait suivre. L'objectif est simple : recentrer ses activités au Royaume-Uni et en Italie, où la marque a une bonne visibilité, et accroître son chiffre d'affaires.
 
Car la division allemande n'était que très peu rentable. En 2005, le groupe, dont les 215 000 abonnés allemands ne représentent que 2 % du marché outre-Rhin, n'a réalisé que 4 millions d'euros de bénéfice net après le retrait des frais du chiffre initial de 89 millions d'euros. 
 
Outre la vente de ses activités tchèques, le fournisseur d'accès a également prévu de dégager pour 2008-2010 des liquidités de plus de 400 millions d'euros.
 
Pourquoi autant de cessions ? Selon Tommaso Pompei, directeur général de Tiscali, le groupe souhaite recentrer ses activités en Italie et au Royaume-Uni, où est enregistrée la plus forte croissance du nombre d'abonnés au haut débit, et où la société est réputée. A ce jour, la firme y enregistre plus de 3 millions de clients, dont 1,6 million en haut débit. Et sa croissance y est très forte.
 
En vendant ses actifs allemands et tchèques, la firme, qui devrait réduire sa dette de 334 millions d'euros à 176 millions, pourra ainsi financer de nouveaux plans. Tiscali souhaite principalement déployer un service incluant le haut débit, la VoIP et la ligne téléphonique. Grâce au rachat de Networks Ltd. en août, un service de télévision "Homechoice" devrait être ajouté au panier. La firme devrait également conclure un accord avec un opérateur de téléphones afin de proposer une option mobile. Le tout pour un prix très bas.
 
Toutes ces différentes opérations devraient aider l'entreprise à atteindre non seulement les 1,8 million d'abonnés en 2010 mais permettra aussi l'augmentation souhaitée de son chiffre d'affaires de 20 % par an, qui devrait dépasser 1,4 milliard d'euros.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 13/10/2006)