Du côté de Toshiba, ce sont les mémoires flash et la croissance sur le segment des PC qu'il faut louer. Le fabricant nippon ressort du rouge au premier semestre de son...

Du côté de Toshiba, ce sont les mémoires flash et la croissance sur le segment des PC qu'il faut louer. Le fabricant nippon ressort du rouge au premier semestre de son exercice 2004 – 2005, avec un bénéfice net de 62,2 millions d'euros sur le second trimestre 2004. L'an passé, sur la même période, le groupe avait affiché une perte de 238 millions d'euros.

Les ventes ont progressé de 6,5 %, à 20,5 milliards d'euros, particulièrement soutenues par les téléviseurs avec un écran à cristaux liquides, les semi-conducteurs et les ordinateurs personnels. Côté prévisions, le groupe nippon a revu à la hausse le bénéfice net annuel qu'il devrait atteindre, aujourd'hui passé à 370 millions d'euros.

Côté Hitachi, ce sont là encore les téléviseurs à écran plat et les puces qu'il faut remercier : les filiales correspondant à ces deux activités, à savoir Hitachi Chemical et Hitachi High-Technologies, enregistrent des résultats particulièrement optimistes.

Dans l'ensemble, le groupe a fait part d'un bénéfice net de 305 millions d'euros au second trimestre clos en septembre. Pour mémoire, le bénéfice engrangé par Hitachi l'an passé sur la même période avait été de 39,8 millions d'euros.

Sur l'année, le groupe nippon qui est aussi le premier conglomérat japonais dans l'électronique, a confirmé sa prévision d'un bénéfice net annuel à hauteur de 740,6 millions d'euros.

(Atelier groupe BNP Paribas - 29/10/2004 )