La marque permet à ses clients de faire leurs emplettes sur ses sites, puis de se déplacer pour prendre leur commande, sur le principe du Drive, mais aussi de payer sur place. Un usage baptisé Pay in store.

Toys"R"Us propose d'acheter en ligne, mais de payer en magasin

Pour un commerçant, la marche vers une stratégie entièrement crosscanal doit être progressive. Cela, afin de s'adapter, mais aussi de faire la route avec le client. Parmi les usages de plus en plus populaires, on peut citer le Drive, qui vise à commander en ligne et aller chercher ses courses en magasin, à charger dans son véhicule. Toys"R"Us, de son côté, mise sur un autre usage, dans la même veine : le Pay In Store. Là encore, il s'agit de passer commande en ligne, puis de se déplacer pour régler et prendre ses produits. L'enjeu : attirer des consommateurs qui ne disposent pas de carte de crédit, ou qui restent réticents au fait de payer en ligne, mais qui pourraient être tentés de faire leurs courses depuis leur écran. Le dispositif sera activé pour toute commande passée sur Toysrus.com et Babiesrus.com, aux Etats-Unis. En effet, les huit cents soixante treize points de vente du pays participent à l'opération. Lors d'une commande, il suffit de sélectionner l'onglet Pay in store parmi les moyens de paiement proposés. Le client reçoit alors une confirmation par mail, et dispose de 48 heures pour aller chercher sa commande.

Réduire la peur de payer en ligne

Une initiative intéressante, selon Maxence Dislaire, CEO de l’agence cross canal Improveeze. "La méthode de paiement cross canal, web to store est très favorable au commerce connecté et permet d’offrir une meilleure expérience client", explique t-il à L'Atelier. Pourtant, elle n'est pas encore véritablement répandue. Une explication possible ? "Celle de l’organisation des magasins, qui ne sont pas adaptés pour intégrer le canal 'web to store', c'est-à-dire choisir en ligne et payer dans le magasin". Beaucoup d'enseignes considéreraient également encore trop aujourd'hui le magasin comme un centre de profits en silo. Et auraient tendance à estimer que pour chaque centre de profit, qu’il soit virtuel ou physique, il y a un chiffre d’affaire à faire. Une tendance de moins en moins marquée cependant au fur et à mesure que les commerçants comprennent les enjeux du crosscanal.

Le  Pay in Store s’applique à presque tous les produits

"Le e-marketing oblige les grandes marques à adapter le point physique en fonction des besoins. Le Pay in store est un bon moyen de lisser les effets du showrooming et de mieux organiser les stocks pour baisser les coûts", souligne ainsi Maxence Dislaire. Selon lui, ce modèle s’applique à tous les produits qui peuvent à la fois se vendre sur le web et en magasin. Pour certains, cela pourrait même être un facilitateur, comme dans le secteur du luxe. Là où pour des consommateurs, il pouvait être difficile d'acheter en ligne des produits coûteux, le Pay in store pourrait réduire ces appréhensions. "La disposition sensorielle est en effet juste retardée, la personne peut voir, peut toucher le produit au moment de le payer. Cela réduit la peur à l’achat", continue Maxence Dislaire. Et de conclure en soulignant que si le produit ne convient pas, le consommateur peut le retourner très rapidement car il est déjà sur place. "Dans le futur, les enseignes devront réfléchir à ce chemin de vente mais d’ici là attendons les premiers résultats".

 

Rédigé par Damien Bréteau
Journaliste