Pour mieux comprendre les disparités d'accès à un ordinateur et à Internet, il faut s'intéresser à l'âge, à l'origine sociale et au niveau de formation des utilisateurs.

Une triple fracture numérique en France

Le fossé numérique se creuse-t-il en France ? Oui, à en croire un rapport du gouvernement sur la lutte contre la fracture numérique remis au Parlement et rendu public ce mercredi 20 avril. Il décrit en effet trois grands types de fractures : générationnelle, sociale et géographique. Il semble qu'en France, les seniors sont plus isolés que dans les autres pays européens. Les plus de 65 ans sont en effet 18 % à utiliser Internet alors qu'ils sont prêts de 65 % au Danemark et 68 % en Finlande. Les 15-24 ans sont plus de 80% à être connectés dans l'Hexagone. On constate également que plus un ménage a d'enfants, plus la probabilité qu'il utilise Internet est importante.

Une rupture sociale

Il existe également un fossé social important. Le principal obstacle est le coût trop élevé à la fois de l'équipement mais aussi de l'abonnement. C'est essentiellement pour cette raison que seules 34 % des personnes aux plus faibles revenus disposent d'un ordinateur à la maison, et 28 % d'un accès Internet, contre respectivement 91% et 87% pour les personnes qui ont les revenus les plus élevés. Pour remédier à ces disparités,  le rapport propose un accès haut débit à bas coût pour les plus démunis. Cette baisse des tarifs pourrait découler d'un renforcement de la concurrence et/ou de la mise en place d'un tarif social de l'Internet, ainsi que de la mise en place d'infrastructures publiques.

Les différences culturelles

Dernier clivage: le  niveau d'études. Les personnes les moins diplômées accèdent généralement moins à un ordinateur (56%) et à Internet (50%). Le Haut Conseil de l'Education soulignait dans un autre rapport, remis en avril 2010, que "les technologies de l'information et de la communication (NTIC) peuvent constituer un élément qui atténue les inégalités à l'école en renforçant le suivi individuel des élèves". Il ne faut pas non plus négliger les différences selon les régions. Pour autant, le rapport souligne que les différences entre les zones urbaines et rurales sont minimes, qu'il s'agisse de l'équipement d'un ordinateur (respectivement 70 % contre 65 %) ou de la connexion à Internet (65 % contre 58 %).