Le groupe chinois Lenovo, repreneur de la division PC de l'américain IBM en décembre dernier, vient d'annoncer la signature d'un accord avec trois sociétés de financement par capitaux propres :...

Le groupe chinois Lenovo, repreneur de la division PC de l'américain IBM en décembre dernier, vient d'annoncer la signature d'un accord avec trois sociétés de financement par capitaux propres : Texas Pacific Group, General Atlantic et Newbridge Capital, qui lui apporteront 350 millions de dollars et prendront une part de 12,4 % dans Lenovo , détenu en partie par le gouvernement chinois.

Une somme d'environ 150 millions de dollars provenant de cet investissement servira à financer l'acquisition des PC d'IBM . Le solde (environ 200 millions de dollars américains) sera ajouté au fonds de roulement de Lenovo et utilisé pour les besoins généraux de l'entreprise.

Selon l'accord passé entre les fonds d'investissement et le groupe chinois, Lenovo émettra à l'intention de Texas Pacific, General Atlantic et Newbridge un total de 2 730 000 actions ainsi que des bons des souscription non cotés conférant le droit de souscrire 237 417 474 actions supplémentaires. En supposant que ces bons de souscriptions soient exercés, les investisseurs détiendront une part d'environ 12,4 % de Lenovo.

Les apports des trois fonds se répartissent comme suit : Texas Pacific investira 200 millions de dollars , de quoi prendre sa revanche sur le groupe chinois, qui avait évincé sa candidature à la reprise des PC d'IBM. General Atlantic investira 100 millions et Newbridge 50 millions.
Après l'acquisition de la division Informatique personnelle d'IBM et la clôture du placement, IBM recevra une somme d'environ 800 millions de dollars américains en espèces et des actions ordinaires de Lenovo pour une valeur de 450 millions de dollars américains, en se fondant sur le cours de clôture des actions le dernier jour de bourse avant l'annonce de la nouvelle le 24 décembre.

A la conclusion de l'acquisition et du placement, IBM détiendra une part de 13,4 % dans Lenovo , en supposant que les actions privilégiées aient toutes été converties. Le droit de vote d'IBM au sein de Lenovo demeurera le même.

(Atelier groupe BNP Paribas - 01/04/2005)