La solution de Sensorit permet à un individu d'interagir directement avec des données éditées à l'écran. Cela via des caméras 3D et des systèmes de reconnaissance vocale.

La TV interactive concerne aussi le présentateur

Interagir gestuellement avec du contenu multimédia afin d'améliorer les modes de présentation de l'information ? C'est ce que proposait Sensorit au REMIX 2011, la matinée organisée le 11 mai par Microsoft destinée à faire le point sur le Marketing digital à l’heure du Cloud. L'agence a mis au point une solution, Daiquiri, qui s'adresse aux journalistes TV qui souhaitent présenter l'information boursière de cette manière. En effet, il est possible pour ces derniers d'interagir avec du contenu qui apparaît sur l'écran de télévision mais que eux ne voient pas forcément grâce à de simples mouvements, pour attraper virtuellement de l'information multimédia d'une main, ou encore de faire apparaître des données en pointant du doigt.

Interactivité adaptée

Le système nécessite une interface web connectée à la base de données désirée, et qui embarque les contenus que le journaliste souhaitera faire apparaître. Dick Lantim, dirigeant de Sensorit, explique à L'Atelier que "grâce à une caméra 3D, un système de reconnaissance vocale et une caméra infrarouge qui permet de traquer le fond de la rétine, il est ainsi possible au journaliste de communiquer oralement et gestuellement avec son contenu". Concrètement, la caméra 3D permet de voir où se situent les mains du journaliste dans un champ profond, et donc d'éviter une mauvaise manipulation du contenu si l'utilisateur fait un geste involontairement. Par contre, en avançant sa main, il peut saisir ses contenus sans se tromper car un écran face à lui - et invisible pour le public - lui permet de repérer l'emplacement spatial des objets numériques. Un autre système, basé sur la reconnaissance vocale, permet par exemple de faire tourner un globe terrestre sur les villes dont parle le présentateur, de manière automatisée.

Ergonomie et acceptation

Pour Dick Lantim, cette démonstration est avant tout un moyen d'illustrer que le changement des comportements face aux technologies est possible si l'ergonomie est bien pensée, mais que cela nécessite évidement un temps d'acceptation : "Tout est une question d'acceptation, il y a dix ans, nous n'aurions pas pu penser zoomer sur une image en pinçant un écran, tout comme il y a peu de temps il était compliqué d'imaginer pourvoir interagir avec des gestes avec un outil numérique".

Rédigé par Hugo Sedouramane