Les organisations déploient des initiatives dédiées à favoriser l'échange entre les populations et les organismes publics aux Etats-Unis.

US : les institutions publiques confirment leur intérêt pour le web social

Médias sociaux, mobile et Internet dans son ensemble améliorent la communication entre les institutions du secteur public des Etats-Unis et la population, rappelle l'université de New York dans une étude. Et de préciser qu'au travers des plates-formes sociales, les citoyens peuvent s'exprimer en temps réel, participer à des votes, transmettre leurs opinions et recommandations ou faire des dons. Un fait d'ores et déjà pris en compte par certaines institutions : les spécialistes ont effectué un classement des cent organismes publics les plus à la pointe en terme de site web, de sensibilisation au numérique, d'usage des médias sociaux et des sites sur mobile. Les résultats montrent que plus de 80 % sont présents sur au moins une plate-forme sociale, 63 % entretiennent un blog et 20 % utilisent des plates-formes mobiles.

Améliorer la communication pour un coût minimum

Principalement parce qu'elles "facilitent l'engagement de la population envers la politique et le travail de ces institutions publiques ainsi que les donations", expliquent les auteurs de l'étude. Et d'ajouter : "le tout pour un investissement minimum". Ce sont les technologies et outils présents sur ces plates-formes sociales qui attisent particulièrement l'intérêt des internautes. En effet, l'étude montre que les sites des organismes publics organisant des espaces de discussion et incorporant le "like" de Facebook connaissent une hausse moyenne mensuelle de leur taux de visiteurs de 17 et 20 %  respectivement. Prés de 90 % de ceux utilisant un système audio ou vidéo montrent une hausse de 8 % de leur fréquentation sur un mois.

Les technologies et outils 2.0 attisent l'intérêt des internautes

Tandis que les sites traditionnels témoignent d'une baisse de 9 %. Constat identique pour la mise en place de webinars, à l'origine d'une hausse moyenne de 11 % de la fréquentation. A noter que c'est la NASA qui arrive en tête du classement. Et ce, "du fait de ses démarches innovantes sur presque tous les types de plates-formes", soulignent les auteurs du rapport. Son site propose par exemple aux internautes des procédés de simulations et d'échanges interactifs qui attirent plus de trois millions de visiteurs par mois. L'organisme est également présent sur les plates-formes communautaires et compte plus de 600 000 "followers" sur Twitter et 150 000 fans sur Facebook. Un partenariat avec Gowalla, Foursquare ou encore Buzzroom a été mis en place "afin d'insister sur une communication plus ludique de leurs travaux", expliquent les spécialistes.