La justice a eu raison de deux réseaux de peer-to-peer (P2P) parmi les plus populaires aux Etats-Unis et en Corée du Sud. Le durcissement de la législation est un mouvement international. Hier, nous...

La justice a eu raison de deux réseaux de peer-to-peer (P2P) parmi les plus populaires aux Etats-Unis et en Corée du Sud. Le durcissement de la législation est un mouvement international. Hier, nous annoncions une peine de prison ferme pour un homme qui avait partagé des fichiers sur un réseau de P2P à Hong Kong.
Etats-Unis : fermeture de Grokster
Grokster, l'entreprise qui édite le logiciel du même nom a annoncé qu'elle arrêtait sa distribution. Cette annonce fait suite à une décision de la Cour suprême d'il y a quatre mois. Elle marque une victoire pour les industriels du divertissement. Grokster a accepté de payer une amende de 50 millions de dollars pour dommages et intérêts. Cependant, les industriels de la musique et du cinéma ne comptent pas les toucher puisque ils savent que Grokster n'a pas les moyens de les verser.
La firme ne s'avoue pas définitivement vaincue puisqu'elle confirme le lancement d'un service "légal et sûr" dans les prochains mois, Grokster 3G . Elle devrait être absorbée par Mashboxx qui a déjà négocié un contrat avec Sony BMG Music Entertainment pour vendre ses musiques.
Les utilisateurs qui ont le logiciel Grokster peuvent continuer à l'utiliser. Cependant, ils risquent d'être poursuivis par la RIAA ( Recording Industry Association of America ).
Corée du sud : fermeture de Soribada
Soribada, le réseau de P2P le plus important de Corée du Sud, a également été fermé. En août dernier, une décision de la justice sud-coréenne enjoignait la société distributrice à interdire le logiciel. Ne constatant aucun changement, la justice a condamné Soribada a une amende de 10 000 dollars par jour jusqu'à sa fermeture.
John Kennedy, président de l'IFPI (International Federation of Phonogram & Videogram Producers ) qui rassemble les maisons de production du monde entier contre le téléchargement illégal a déclaré : "Les tribunaux des trois continents - EU, Australie, Corée et Taiwan- ont tous rendus des jugements contre les réseaux de P2P qui ont construit leur activité sur la violation des droits d'auteurs. Le paysage de l'industrie musicale est entrain de changer et, comme le montre le dénouement de l'affaire Grokster, il favorise de plus en plus ceux qui utilisent la technologie de manière légitime pour établir un marché légal pérenne pour la musique numérique.
A ce sujet, lire aussi :

38 % des films sortis en salle sont piratés sur Internet (24/10/2005)
Brevets : une affaire qui pourrait bien profiter aux échanges de musique sur les réseaux P2P ! (11/10/2005)
La riposte graduée : réponse légale au piratage (05/10/2005)
(Atelier groupe BNP Paribas - 09/11/05)