Des systèmes de notification de collision en temps réel permettront aux assureurs d'être plus réactifs après un accident. Cela en connaissant immédiatement le lieu et la gravité de l'incident.

Le véhicule connecté communique aussi avec son assureur

Les assureurs automobiles pourraient bien profiter des systèmes embarqués qui permettent aux 8 millions de véhicules connectés actuellement sur les routes aux Etats-Unis de bénéficier de services liés notamment à leur localisation. Comment ? En mettant au point des solutions de notification d'incidents en temps réel, comme un accrochage : lieu, gravité, etc. Cela afin d'améliorer la réactivité des assureurs et de permettre aux deux parties de réaliser des économies. Le tout  à peu de frais, a soutenu Dave Ferrick, vice président de Cross Country Automotive Services, lors du Forum* "Creating Markets for Connected Vehicle Data".

Augmenter la rapidité de prise ne charge du véhicule par les assureurs

Selon ce dernier, si une notification de collision était envoyée par un système embarqué dans les airbags et des capteurs de collision, puis était envoyée directement à l'assurance, cette dernière pourrait prendre connaissance du type d'accident, agir plus rapidement sur le lieu de l'accident - pour enlever le véhicule - et accélérer le traitement du dossier et des frais de réparation. "C'est la prise en charge du véhicule par une autre organisation que l'assurance du conducteur qui augmente les coûts", se défend ainsi Dave Ferrick.

Eviter les coûts annexes

"Comme lorsque ce sont les autorités locales, premières présentes lors d'un accident, qui gèrent les accidents de la route". En effet, ces derniers font appel à la fourrière pour intervenir sur les lieux et s'occuper des véhicules endommagés. Service qui nécessite une rémunération. "Accélérer le processus se traduit en règle générale par une meilleure satisfaction du client, des coûts réduits de dépannage et de réparation et une diminution des risques de contentieux sur les torts", conclut le responsable.

* organisé par le CAR, le Center for Automotive Research