expansion. Un inconnu dans le milieu de l'édition, Jeff Bezos, a créé aux Etats-Unis, en 1995, un site Amazon.com (www.amazon.com) qui propose à la vente 2,5 millions de titres dont 1 million concer...

expansion. Un inconnu dans le milieu de l'édition, Jeff Bezos, a créé aux Etats-Unis, en 1995, un site Amazon.com (www.amazon.com) qui propose à la vente 2,5 millions de titres dont 1 million concernent des livres épuisés. En deux ans, le nombre de ses employés est passé de 7 personnes à 650 aujourd'hui, son chiffre d'affaires double tous les trois mois. D'autres sites aux origines plus conventionnelles, devant ce succès, se sont ouverts comme celui de Barnes & Noble (www.barnesandnoble.com) qui n'offre que 1 million de titres. Celui-ci réalise avec ses 1 000 magasins, 2,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Sur chacun de ces sites, les étrangers peuvent acheter ce qu'ils veulent du moment qu'ils règlent en dollars. Il est cependant difficile de trouver des livres dans une autre langue que l'anglais. Bien que n'ayant pas encore d'ouvrages en français, le site de BookServe International ((www.bookserve.com) est le seul à proposer des catalogues en allemand, espagnol et hollandais. Suivant les destinations, les frais de transport et de douanes varient. Les frais de livraison sont de 7,75 dollars (46 F environ) aux Etats-Unis, les délais variant d'un titre à l'autre (deux à trois jours pour les livres récents, plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour les introuvables). Grâce surtout aux réduction des frais de stockage, les remises peuvent atteindre 40 % du prix pratiqué dans les librairies. L'autre géant de la distribution de livres, Borders, a également ouvert un site (www.borders.com). Depuis déjà plusieurs mois, des dizaines de petits libraires ont également ouverts des sites. Cependant, peu d'entre eux parviennent à se maintenir. Personne, pour le moment, ne gagne d'argent. Même Amazon.com Books qui a dépensé 20 millions de dollars l'an dernier, mais qui n'a vendu que 16 millions de dollars de livres. Certains experts pourtant estiment que les librairies vont devoir se doter d'une vitrine dans le cyberespace. Pour aider ses membres à s'y installer, l'American Booksellers Association (www.bookweb.org/aba) offre des programmes. Pour certains libraires indépendants, le recours à la Toile s'est avéré une véritable aubaine. Ainsi, Cody's (www.codysbooks.com), la librairie dont l'histoire est associée à celle de l'université de Berkeley, a vu ses ventes se multiplier par cinq au bout des trois premiers mois de sa présence en ligne. Les plus spécialisées comme Future Fantaisy de Palo Alto (www.futfan.com/home.html) qui se concentre sur la science-fiction, Hard to Find Needlework Books (www.needleworkbooks.com) spécialisée dans les ouvrages de couture difficiles à trouver, ou bien encore Moe's Bookstore (www.moesbooks.com) qui ne vend que des livres d'occasion, sont celles qui s'en sortent le mieux. (Le Monde - 09/10/1997)