Après des débuts assez fulgurants, le marché commence à légèrement se tasser. Cela, notamment en raison du refus d'acquérir systématiquement un abonnement 3G/4G. L'Asie-Pacifique n'est pour le moment pas concernée.

Des ventes de tablettes en demi-teinte

 

Après une croissance importante due à la nouveauté, l'engouement pour les tablettes pourrait bien être en train de se modérer : selon IDC, les ventes mondiales ont baissé de près de 30 % au premier trimestre 2011. Mais ce sont quand même 7,2 millions d'unités qui ont été écoulées. Cette baisse est accompagnée de celle que connaissent les lecteurs électroniques, qui n'ont vu "que" 3,3 millions d'appareils être vendus. Une autre explication de ce tassement, en plus de la fin de la période de nouveauté et la multiplicité des appareils proposés, serait le manque d'intérêt des consommateurs pour acquérir un abonnement 3G/4G, souvent imposé par les fabricants comme Samsung ou Motorola. Qui n'ont d'ailleurs connu qu'un succès mitigé avec leurs tablettes.

Une baisse sans conséquences

Sans grande surprise, c'est Apple, qui a sorti récemment l'iPad 2, qui continue à dominer le marché, malgré des ventes inférieures aux prévisions. Mais les tablettes qui fonctionnent avec Android grignotent des parts de marché, et représentent désormais un bon tiers de l'ensemble du secteur. A noter que sur l'année, cette baisse ne devrait pas avoir de conséquences, puisque selon la même étude, ce sont 53,5 millions de tablettes qui devraient se vendre en 2011, contre 50,4 millions prévues initialement. Idem en ce qui concerne les e-readers : la croissance annuelle reste supérieure à 105 % et leur popularité grandit, notamment avec la mise sur le marché d'appareils en couleurs, comme celio de Barnes & Noble's, le Color Nook.

L'Asie-Pacifique reste très bonne cliente

Reste que cette baisse des ventes ne se ressent pas partout : dans une autre étude, IDC note que dans la région Asie-Pacifique (hors Japon), le marché devrait connaître une croissance annuelle de 54 % sur cinq ans. Au total, ce sont 21 millions d'unités qui devraient être écoulées, contre 2 millions en 2010. La plupart du temps, ces appareils étant achetés pour jouer, aller sur les web et les réseaux sociaux. Dans le détail, ce sont la Corée, l'Australie et Taiwan qui devraient montrer un intérêt prononcé pour ces interfaces, quand d'autres pays comme l'Indonésie ou la Malaisie devraient préférer les minis notebooks, notamment pour leur clavier.