Au mois de juin 2004, le spécialiste en sécurité informatique Kapersky Labs notait l'apparition d'un nouveau ver, présentant la particularité de cibler les réseaux de téléphonie mobile : Cabir...

Au mois de juin 2004, le spécialiste en sécurité informatique Kapersky Labs notait l'apparition d'un nouveau ver, présentant la particularité de cibler les réseaux de téléphonie mobile : Cabir était né. Cantonné aux Philippines, le nouveau type de menace sécuritaire que préfigurait Cabir n'inquiétait pas outre mesure, à l'époque...

Sauf que lundi dernier, Cabir a de nouveau été détecté... aux Etats-Unis cette fois. Il se serait déjà propagé dans 12 pays. En Californie, il a infecté plusieurs téléphones portables dans un magasin de Santa Monica : c'est que Cabir se propage via liaison Bluetooth. Pour l'instant, il n'infecterait que les téléphones tournant sous le système d'exploitation OS Symbian.

Le risque majeur, aujourd'hui, est que la constitution de base de Cabir ne serve à d'autres pirates pour multiplier sa dangerosité et sa faculté de propagation. Une manipulation qui ne pourrait être que facilitée par la généralisation, ces prochaines années, des smartphones. Sous sa forme actuelle, Cabir est déjà capable de saper les batteries du téléphone qu'il a infecté.

S'il n'inquiète que modérément les spécialistes en sécurité pour l'instant, Cabir ne peut en même temps que les réjouir. Il devrait consolider un marché naissant sur les solutions antivirus pour les appareils mobiles.

(Atelier groupe BNP Paribas - 21/02/2005)