Les cités ne favorisent pas nécessairement l'émergence de nouvelles idées, mais elles en facilitent la concrétisation par leur capacité à agréger infrastructures et marchés nécessaires.

La ville facilite l'innovation parce qu'elle joue le rôle de catalyseur

Pour Richard Shearmur, il ne fait aucun doute que les villes jouent un rôle majeur dans le processus de développement des idées innovantes au sein des entreprises. Toutefois, le chercheur développe l'hypothèse à contre-courant de l'opinion communément admise, selon laquelle la ville est un milieu géographique inhérent à l'innovation. Pour lui, la ville facilite la concrétisation de projets innovants, elle joue le rôle de catalyseur. Mais elle n'est pas la force d'inspiration in se. Pour illustrer ses propos, le scientifique, de l'université du Québec, a distingué le principe même d'invention, le processus créatif en lui-même, de l'innovation. Cette dernière est conçue comme une pièce centrale de l'économie d'une entreprise : il s'agit d'un produit ou d'un processus qui n'est pas seulement inventé au sein d'une compagnie mais qui est aussi utilisé et commercialisé. Et, en ce sens, l'innovation n'est pas limitée aux frontières d'une agglomération.

Les idées sont mobiles

Puisque les rencontres de vis-à-vis constituent la base première de l'innovation économique, la mobilité joue un rôle prépondérant dans cette "décentralisation". Le chercheur considère alors la cité non plus comme un espacé limité par des frontières précises, mais le rassemblement de tous les déplacements professionnels et privés des personnes. De ce fait, les idées et la connaissance qui émergent des réseaux sociaux formés par les différentes interactions ne sont pas géographiquement limitées à la circonscription d'une ville, sans parler des secteurs R&D qui peuvent être tenus à l'écart de grands pôles urbains et génèrent l'innovation en interne. De la même manière, les entreprises liées à une ville particulière peuvent être rachetées et délocalisées sans pour autant perdre de leur potentiel d'innovation. En ce sens, l'innovation et le processus créatif n'ont pas de limites : ils peuvent survenir à l'intérieur de n'importe quel milieu géographique ou social.

Mais elles sont tributaires des espaces urbains

Ces réflexions conduisent Richard Shearmur à définir non pas la cité comme le berceau des idées mais comme un conduit par lequel de vastes moyens économiques sont mis à disposition afin de les faire fructifier. Si les innovations peuvent survenir en tous types de milieux, et sont d'autant plus délocalisées suite à l'explosion du nombre d'internautes dans le monde, les idées ne peuvent parvenir à leur plein potentiel commercial que si elles sont développées et commercialisées dans une grande agglomération. En effet les espaces urbains fournissent la force de travail, les infrastructures et les marchés nécessaires à la production et commercialisation des produits innovants.  

Rédigé par Guillaume Parodi
Rédacteur