Changer l’ampoule d’un lampadaire public, prévenir les nids-de-poule sur les voies municipales ou encore réparer les canalisations: des drones et autres robots seront bientôt chargés d’effectuer ces tâches pour la Ville.

Les villes s'auto-répareront grâce à des robots

Des chercheurs de l'université de Leeds mènent un projet de 4,2 millions de livres sterling dont l’ambition est d’aboutir à l'auto-réparation des villes. Le Conseil britannique de la recherche en ingénierie et en sciences physiques soutient financièrement le projet.

Le but est de développer des petits robots capables d'identifier tout problème lié aux infrastructures : aux canalisations, routes ou encore éclairages municipaux et de les réparer avec un impact environnemental minimal et sans troubler le fonctionnement de la ville ou déranger les citoyens.

Le professeur Phil Purnell de l'École de génie civile dirige l'équipe de recherche. Il travaille en collaboration avec le Conseil de la ville de Leeds et le UK Collaboratorium for Research in Infrastructure and Cities, pour s’assurer de pouvoir tester en toute sécurité les robots. Grâce à ces derniers, fini les engins de construction qui bloquent les routes et perturbent le trafic. Le docteur Rob Richardson, directeur de la National Facility for Innovative Robotic Systems à l’université de Leeds considère que détecter au plus tôt les faiblesses des infrastructures municipales est la clef qui permet ensuite de réaliser des réparations intelligente, sans paralyser la ville.

Des drones auront pour fonction de se pencher sur la ville pour réparer le moindre dysfonctionnement difficile à atteindre pour les hommes, comme par exemple les problèmes de réverbères. Un autre programme a vocation à développer des drones capables d’inspecter, diagnostiquer et réparer de manière autonome les incidents liés aux routes pour prévenir les nids-de-poule et autres types de crevasses sur les voies. Enfin, les canalisations vont également avoir leurs robots, chargés de les surveiller, mesurer et retaper, tout en informant la Ville des tâches accomplies. La smart-city de demain pourra se régénérer.

Rédigé par Sophia Qadiri
Journaliste