Depuis son identification, un grand nombre de sociétés ont trouvé la parade en se dotant de logiciels antivirus, surtout depuis l'attaque fin mars de Mélissa. Aux Etats-Unis, quelques dizaines d...

Depuis son identification, un grand nombre de sociétés ont trouvé la parade en se dotant de logiciels antivirus, surtout depuis l'attaque fin mars de Mélissa. Aux Etats-Unis, quelques dizaines d'ordinateurs seulement semblent avoir été infectés par Tchernobyl. En revanche, d'autres pays, notamment ceux où les copies pirates de logiciels abondent, ont eu moins de chance. Ainsi, en Inde, plus de 30 000 ordinateurs auraient été endommagés. La Stellar Information Systems, spécialisée dans la récupération de données informatiques, croulait hier sous les appels au secours des grandes entreprises (banques, assurances, courtiers). Divers systèmes au Bangladesh ont aussi été paralysés. 7 600 machines auraient été touchées en Chine et 100 000 autres affectés à des degrés divers. La plupart ne possédaient pas de logiciels antivirus. Le virus aurait atteint 12 des 60 maisons de courtage de Malaisie. L'école militaire d'Ankara en Turquie, les archives de la police nationale et de la Radio et Télévision turque, la direction des cadastres et des banques auraient été contaminées, soit au total 300 000 ordinateurs infectés. Contraint de fermer ses bureaux, la propriétaire d'une société d'ingénierie du Caire en Egypte se lamentait de son côté "c'est un désastre. Le virus a atteint notre compagnie et beaucoup d'autres au Caire. Nous sommes totalement paralysés". L'Europe en revanche semble avoir été épargné. Le Clusif en France n'a eu connaissance que d'une trentaine d'ordinateurs infectés. (Dépêche AFP du 27/04 parue dans Yahoo ! France - France Soir - 28/04/1999)