En début de semaine, la principauté a en effet choisi de vendre pour un peu plus de 700 millions de F 51 % du capital de Monaco Télécom au groupe Vivendi. Celui-ci devrait, pour l'occasion, s'asso...

En début de semaine, la principauté a en effet choisi de vendre pour un peu plus de 700 millions de F 51 % du capital de Monaco Télécom au groupe Vivendi. Celui-ci devrait, pour l'occasion, s'associer à sa filiale Cegetel, cette dernière ne pouvant investir à l'étranger, sauf accord de l'ensemble des actionnaires. Ayant réalisé en 1998, 600 millions de F de chiffre d'affaires (91 millions d'euros), Monaco Télécom compte 33 000 abonnés au téléphone fixe et 12 000 au mobile. Vivendi a surtout été séduit par la position géographique de Monaco et son indépendance vis-à-vis de France Télécom. Limitrophe du territoire français, cet opérateur peut en effet devenir une véritable plate-forme pour acheminer des communications internationales. Relié à des câbles sous-marins, Monaco dispose aussi d'accords avec les opérateurs de satellites. Il est donc possible, tout en bénéficiant d'un régime fiscal spécifique (pas d'impôt sur les sociétés) de faire transiter par Monaco des communications internationales. De plus, grâce à la proximité de Monaco avec la France, Vivendi va pouvoir mettre la main sur un plan de numérotation et créer ainsi des numéros facilement mémorisables pour développer de nouveaux services. Du reste, un centre d'appels devrait être rapidement implanté à Monaco.

Vivendi souhaite également s'implanter au Maroc. Associé pour l'occasion à l'américain SBC et à une filiale de la BNP, Vivendi serait candidat pour la seconde licence de téléphonie mobile. D'autres groupes sont également candidats comme France Télécom associé à Motorola et à une banque marocaine, Telecom Italia, Telefonica, Telia ... Cette licence pourrait être attribuée cet été. Le Maroc étant encore peu équipé en lignes fixes (1,5 million pour 28 millions d'habitants), le grand public pourrait se laisser séduire rapidement par le mobile. (Les Echos - La Tribune - 11/03/1999)