Les salariés sont de plus en plus nombreux à utiliser leur smartphone dans le cadre de leur travail, et à se rendre sur les sites collaboratifs : des brèches dont profitent les pirates pour accéder aux données de l'entreprise.

Le vol de données facilité par le mobile et les médias sociaux

Les nouvelles portes d'accès à l'entreprise pour les cybercriminels ? Le mobile et les médias sociaux, rapporte SonicWall dans son bulletin bi-annuel des menaces informatiques. Selon l'entreprise, le nombre d'intrusions via le mobile a fortement augmenté en 6 mois, au fur et à mesure que les pirates ont trouvé le moyen de s'inviter quelle que soit la plate-forme. Cela, en passant par des applications populaires comme Apple Safari ou Adobe Reader. Autre faille exploitée : la petitesse de l'écran fait aussi que les URL ne sont souvent pas affichées en entier, ce qui donne la possibilité aux hackers d'attirer plus facilement les internautes sur un faux site camouflé et ressemblant à un autre existant.

Des logiciels malveillants

Selon SonicWall, le nombre de logiciels malveillants sous Android est aussi en augmentation, et ce, précise l'entreprise, malgré les efforts de Google pour les détecter et les supprimer. Les compagnies semblent en tout cas conscientes de ces risques : dans une autre étude, publiée par Kaspersky Lab, 50 % des sociétés françaises - et 55 % en moyenne en Europe - se montrent inquiètes de l'utilisation des smartphones des salariés sur leur lieu de travail. Autre menace : le détournement de clics sur Facebook, qui encourage l'internaute à cliquer sur des pages apparemment sûres pour ensuite extorquer des informations confidentielles.

Faux liens et détournement de clic

SonicWall évoque aussi le nombre croissant de faux liens en circulation sur Twitter, suite au piratage d'un compte. Autant de facteurs qui augmentent le risque d'intrusion, et la perte et le vol de données à un moment où les plates-formes communautaires deviennent des éléments clés de sa vie personnelle comme professionnelle. D'un point de vue géographique, ce sont les Etats-Unis, le Canada et Taiwan qui font partie des pays les plus touchés par ces menaces. A noter que si les résultats de l'étude sont intéressants, ils doivent être pris pour ce qu'ils sont : soit proposés par un fournisseur de solutions de sécurité réseau.