C'est le développement de la troisième dimension sur les appareils portables qui lancera vraiment le marché de la 3D selon les prédictions d’ABI Research

Le vrai lancement de la 3D se fera sur mobile

D'ici 2015, plus de 10% des appareils mobiles (smartphones, netbooks, consoles portables,…) seront compatibles avec la 3D, anticipe le cabinet ABI Research dans une étude. Ses auteurs estiment que c'est sous forme mobile que le marché de la technologie 3D prendra vraiment auprès du grand public. "A la différence des télévisions, le cycle de remplacement des appareils mobiles est beaucoup plus court", explique à L'Atelier Victoria Fodale qui a dirigé l'étude. Concrètement, cela signifie que les consommateurs seront amenés beaucoup plus vite à acheter un appareil portable 3D plutôt qu'une télévision. Autre facteur qui joue en faveur de la mobilité : les lunettes. Pour l'heure, les technologies permettant de bénéficier de la troisième dimension sur un écran large sans porter de lunettes adaptées ne sont pas encore tout à fait au point.

Des facteurs qui jouent en faveur du mobile

A l'inverse, il est relativement aisé de le faire sur un appareil mobile. "Les technologies ne faisant pas appel à des lunettes requièrent une distance optimum entre la personne qui regarde et l'écran", peut-on lire dans le rapport. Une condition plus facile à obtenir pour un utilisateur unique. Par ailleurs, la taille de l'écran joue également en faveur des appareils portables. "De plus", ajoute Victoria Fodale, "ajouter la 3D à un appareil mobile présente un coût relativement faible". L'investissement technologique requis n'ajoute en effet qu'entre 8 et 15 dollars au coût de production. D'après l'étude, le lancement de ce marché dépendra fortement de trois applications clé : la possibilité pour l'utilisateur lambda de créer du contenu en trois dimensions par lui-même, la lecture de vidéos en 3D, et les jeux 3D.

Un marché encore très nouveau

La conversion en 3D de contenus originellement en deux dimensions est également à prévoir. Pour Victoria Fodale, deux autres facteurs vont également entrer en compte. "Les utilisateurs vont vouloir partager les contenus 3D qu'ils auront créés sur des appareils à l'écran plus large, comme des ordinateurs", explique-t-elle. "Il est donc très important qu'un écosystème d'appareils fonctionnant ensemble se développe". Par ailleurs, l'analyste estime que l'expérience consommateur jouera un rôle crucial, à la fois en termes de qualité du rendu et de plaisir d'utilisation. Malgré tout, l'étude rappelle que ce marché est encore très nouveau : fin 2010, seuls quelques mini-PC et smartphones disposaient de capacités 3D. Et encore n'étaient-ils disponibles que dans certaines régions comme le Japon.    

Rédigé par Nathanaël Vittrant