Microsoft lance un appel à la population ! Le géant américain des logiciels se dit prêt à verser 500.000 dollars à toute personne susceptible de lui livrer des informations permettant de mettre ...

Microsoft lance un appel à la population ! Le géant américain des logiciels se dit prêt à verser 500.000 dollars à toute personne susceptible de lui livrer des informations permettant de mettre la main sur les auteurs de deux virus bien connus. Sobig et MS Blast ont infecté des centaines de milliers de PC utilisant Windows dans le monde, en août et septembre deniers. Il semblerait que l’enquête des experts en sécurité piétine et que l’annonce de cette récompense constitue le dernier espoir de Microsoft de trouver de nouvelles pistes.

Selon les spécialistes, il est possible que cette annonce soit efficace dans la traque du créateur de MSBlast, autrement connu sous le nom de Blaster ou LovSan. Ce virus, qui avait infecté 1,2 million d’ordinateurs, pourrait avoir été conçu par un pirate informatique pour impressionner une jeune fille se prénommant San (d’où « Lovsan »). Si tel est le cas, Microsoft pense pouvoir compter sur la délation entre créateurs de virus.

Pour ce qui est de Sobig, qui s’était répandu par l’intermédiaire d’e-mails, et permettait à des hackers de prendre le contrôle de la machine infectée pour envoyer du spam (courriers électroniques non sollicités), il est moins probable que l’annonce de la récompense de Microsoft ait un quelconque impact. Selon les experts, ce virus ne serait pas le fait d’un pirate isolé, mais mettrait plutôt en cause un groupe ou une organisation qui aurait créé le virus dans un but lucratif.

Cette proposition de récompense par une entreprise dans le but d’arrêter des criminels informatiques ne connaît pas de précédent. Une initiative nouvelle, donc, qui ne doit cependant pas faire oublier à Microsoft qu’il faut aussi consacrer des budgets à la résolution des failles de ses systèmes !

Globalement, cette politique de récompense s’inscrit dans le cadre d’un programme de lutte contre les virus informatiques auquel devraient participer le FBI, les services secrets américains, Microsoft et Interpol. Travaillant à l’échange d’informations entre les différentes polices du monde, Interpol pourrait apporter une réponse non négligeable au phénomène sans frontières du piratage, qui exige une réponse mondiale.

(Atelier groupe BNP Paribas – 06/11/2003)