Sur la plate-forme collaborative Conyac, les utilisateurs lancent des demandes d'adaptation de textes dans d'autres langues. Ils rémunèrent ensuite les traducteurs qui se portent volontaires au montant de leur choix.

Pour fournir aux internautes des traductions de bonne qualité à faible coût, le Japonais anydooR a lancé la plate-forme Conyac.cc. Son rôle ? Mettre en relation un individu qui cherche à traduire un contenu, et des volontaires prêts à effectuer cette tâche à prix réduit. Pour commencer à utiliser la plate-forme, un utilisateur doit acquérir des points Conyac au prix de 0.007 euros l'unité. En lançant son appel d'offres de traduction, il met en jeu le nombre de points Conyac de son choix. En réponse à sa requête, les membres inscrits comme traducteurs proposent leurs versions.
Une plate-forme évolutive
L'initiateur choisit quelle traduction il conserve, et lesquelles il rejette. L'heureux gagnant se voit verser les points Conyac rattachés à la demande de traduction. La version bêta actuellement en ligne comporte des services de traduction pour seize langues. Une base qui devrait s'agrandir, au fur et à mesure que les traducteurs parlant d'autres langues s'inscriront sur le site. "Je voulais que ce service de traduction soit aussi facile à utiliser que si l'on demandait de l'aide à des amis", explique Tomohiro Kikuchi, cofondateur d'anydooR.
Une alternative aux solutions existantes
Jusqu'à maintenant, les seules options sur le marché se limitent souvent à la traduction humaine, qui peut se révéler trop onéreuse pour une utilisation ponctuelle ou privée. Et la traduction automatique en accès libre générée par l'ordinateur, qui parvient encore difficilement à prendre en compte le contexte dans lequel les mots sont utilisés. Le business model de Conyac.cc a gagné le premier prix du challenge d'entreprises lancé par la société de conseil en informatique Skylight Consulting.