Aperto Networks, une start-up de la Silicon Valley spécialisée dans la technologie à large bande, vient de lever 20 millions de dollars auprès de plusieurs sociétés de capital-risque (Alliance...

Aperto Networks, une start-up de la Silicon Valley spécialisée dans la technologie à large bande, vient de lever 20 millions de dollars auprès de plusieurs sociétés de capital-risque (Alliance Ventures, Innovacom, Tyco Ventures,…). Cette somme s’ajoute aux 57 millions que la compagnie avait obtenus précédemment. Pourquoi une telle levée ? Aperto Networks développe une solution pour relier aux consommateurs le «dernier kilomètre» de bande passante, un problème crucial que doivent résoudre rapidement les opérateurs de communications et les fournisseurs Internet (ISP). Des dizaines de start-up de la Silicon Valley sont en train d’entrer sur ce marché, financées par des centaines de millions de dollars du capital-risque. Mais les progrès sont très lents, en partie à cause des désaccords sur la technologie à employer, du peu d’investissements des opérateurs américains sur ce secteur et des cycles de vente extrêmement longs, qui mettent à mal les finances fragiles des start-up positionnées sur ce créneau.En effet, les opérateurs qui veulent prolonger la bande passante doivent installer davantage de câbles dans le sol, ce qui leur coûte très cher. Mais avec l’offre d’Aperto, ils ont juste besoin de connecter une station de base à un point d’accès sur la bande passante et envoyer leur service dans un rayon de cinquante kilomètres.Aperto Networks utilise la technologie Wi-Max, une nouvelle version du standard de communications sans fil 802.16. Le Wi-Max est plus puissant (50 kilomètres) et plus modulable que le Wi-Fi. De plus, il transmet les données à 20 millions de bits par seconde. Reza Ahy, président d’Aperto, rappelle que sa compagnie a déjà généré plusieurs millions de dollars de chiffre d’affaires à partir des premiers fonds qu’elle a reçus. L’une des raisons de son succès est qu’elle s’adresse aux entreprises et non aux particuliers. Les entreprises en effet sont prêtes à débourser de 70 à 700 dollars par mois pour des connexions Internet à haut débit et fiables. Aujourd’hui, la compagnie compte 120 clients (des fournisseurs Internet), dont France Telecom, dans quarante pays. L’atelier a par ailleurs identifié le Wimax comme une technologie innovante pour réduire la fracture numérique. Michel Ktitareffpour l’Atelier BNP Paribas(Atelier groupe BNP Paribas - 24/03/2004)