En calquant le fonctionnement du peer-to-peer, la start-up israélienne Yeloha a pour vocation de changer la manière dont nous consommons l’énergie.

Yeloha mise sur le partage pour démocratiser l’énergie solaire

Faire profiter à n’importe quel individu de l’énergie solaire sans nécessiter l’installation de panneaux solaires, c’est la promesse de la start-up israélienne Yeloha. Cette dernière affirme être le premier réseau de partage d’énergie solaire au monde. Le but ultime ? Changer la manière dont les personnes génèrent et paient leur consommation d’électricité.

Bien que l’énergie solaire soit en processus de démocratisation, celles-ci conserve malgré tout un certain nombre de contraintes. En effet, il vous sera impossible d’avoir accès à l’énergie solaire si vous n’êtes pas propriétaire d’une maison, si votre toit n’est pas adapté à l’installation de panneaux solaires, ou encore et plus simplement, si vous n’avez pas les moyens financiers de procéder à cette installation somme toute assez coûteuse.

Un fonctionnement que la start-up israélienne Yeloha s’est mis en tête de disrupter en se basant sur le peer-to-peer, afin de permettre à n’importe qui d’avoir accès à l’énergie solaire. Pour ce faire, l’intéressé doit s’inscrire sur le site soit en tant qu’hôte solaire ou en tant que partenaire solaire. Peuvent s’inscrire en tant qu’hôtes les propriétaires, qui disposent d’une maison adaptée à recevoir une installation de panneaux solaires. L’installation est ensuite réalisée par la start-up sans aucun frais à débourser pour le propriétaire.

En échange, celui-ci conserve un tiers de l’énergie produite par les panneaux solaires, les deux tiers restant étant redistribués à des profils comme celui du partenaire solaire. Ce dernier, soit locataire, soit résident d’un appartement ou bien n’ayant simplement pas envie d’initier une installation envahissante sur son toit, à la possibilité d’acheter des « crédits solaires » à la start-up, à un prix inférieur à la normale. Un système qui représenterait environ 10 % d’économie sur une année pour les partenaires solaires, par rapport aux prix pratiqués sur le marché.

Pour l’instant uniquement disponible dans l’État du Massachussets, la start-up a pour but de s’étendre sur tout le territoire des États-Unis, et à viser un public aussi large que possible. Les États-Unis représentent le point d’ancrage idéal pour l’entreprise puisque le pays a vu s'accroître sa capacité en énergie solaire de 34 % en 2014 avec pour conséquence une baisse du coût de l’énergie solaire de 45 % depuis 2010.

Les prévisions optimistes quant à l'utilisation de l'énergie solaire d'ici 2017

Souvent comparée à l’Airbnb de l’énergie, la start-up n’a pas pour vocation ultime de faire économiser les utilisateurs d’énergie solaire, mais plutôt de démocratiser l’utilisation de l’énergie propre. En guise d’encouragement, Yeloha a récemment levé 3,5 millions de dollars de fonds pour lui permettre d’étendre son réseau aux États-Unis.

Une initiative qui n'est pas orpheline, puisqu'en 2014, la start-up américaine Gridmates initiait déjà le partage d'énergie entre personnes pour lutter contre la pauvreté énergétique.

Rédigé par Anthéa Delpuech