La toute puissante SARFT (State Administration of Radio Film and Televison) a publié jeudi dernier ses conclusions : 32 sites de partage de vidéos chinois ne respectent pas la réglementation. Parmi les sites épinglés Tudou, le (jusqu'ici) leader chinois du partage de vidéo en ligne. 25 autres sites Internet tels que Mopvod ont reçu l'injonction de clôturer leur service de diffusion de vidéos. Enfin, 5 sites ont été placés sur une dernière liste ayant pour mention "sans licence d’opération dans le secteur audiovisuel". Ces résultats sont le fruit d'une investigation effectuée entre le 20 décembre 2007 et le 20 février 2008 sur la  base de la nouvelle réglementation publiée le 29 décembre dernier par la SARFT et le MII (Ministère de l’Industrie de l’Information de Chine).

Les problèmes principaux de ces violations portent sur l'absence de licence de diffusion et sur les contenus illégaux (vidéos  sur le sexe, la violence ou l’atteinte à l’unité du pays).   Tudou devient un acteur vivement contrôlé par SARFT Conséquence de cette réglementation, la coopération entre CCTV.com et Tudou a été interrompue en début d’année à cause de la rumeur de contrôle opéré par les autorités chinoises. Le 14 mars dernier, revendiquant un déménagement de ses serveurs, Tudou fut indisponible pendant 24h. Le lendemain, en dépit de la mise en ligne de ses services, il restait impossible pour les utilisateurs d'uploader des vidéos. Trois jours plus tard le service d'upload était à nouveau disponible mais 24h était nécessaires pour "vérifier" les vidéos à mettre en ligne. Côté financement et selon les analystes, le quatrième investissement de 53 millions de dollars qui est en cours de processus pourrait être affecté par cette annonce. Selon un classement effectué par Baidu, Tudou est classé en tête parmi les 200 sites chinois de partage de vidéos avec 22,18% de parts de marché. Ses deux concurrents principaux tels que 56.com et Youku.com, représentant respectivement 19,98% et 13,92% de parts de marché. Ces derniers n'ont pas été mentionnés dans la liste.   Suite de la réglementation... Rappelons que "Mort annoncée des Youtubes chinois" explique qu’à partir du 31 janvier 2008, seules les sociétés contrôlées par l’Etat auront le droit de diffuser des vidéos sur le territoire chinois. Touchant la totalité des sites Internet de partage de vidéos, le communiqué de presse du 3 février dernier de la SARFT et du MII a déclaré que "seul le statut de société d'Etat ou contrôlé par l"Etat pourront permettre aux nouveaux sites de diffuser des vidéos" >>Voir la liste de punition de 32 sites Internet >>Voir la liste noire de 25 sites Internet >>Voir la liste de 5 sites Internet sans licence d'opération [via : SARFT et finance.jrj.com.cn] Crédit image : finance.jrj.com.cn L’Atelier Asie - BNP Paribas Web : http://asie.atelier.fr Wap : http://asie.atelier.mobi