Le plan de restructuration présenté hier par Xerox prévoit notamment la fermeture d'usines, la suppression de 9 000 emplois (10 % des effectifs) dans le monde par le biais de départs volontaires et...

Le plan de restructuration présenté hier par Xerox prévoit notamment la fermeture d'usines, la suppression de 9 000 emplois (10 % des effectifs) dans le monde par le biais de départs volontaires et de licenciements ainsi que des dépréciations d'actifs. Près de 45 % des réductions d'effectifs concerneront les Etats-Unis, 45 % l'Europe et 10 % l'Amérique latine et le Canada. Employant en France 3 600 personnes, Xerox entend adopter en Europe une approche plus paneuropéenne plutôt qu'une organisation par pays, et ce afin de réaliser des économies annuelles d'environ 1 milliard de dollars. Aux Etats-Unis, l'effort portera sur le côté administratif pour ramener ce poste en-dessous de la barre des 20 % du chiffre d'affaires. Malgré une dépréciation du dollar pénalisante et une forte pression sur les prix, Xerox a enregistré l'an dernier un chiffre d'affaires de 17,1 milliards de dollars, en hausse de 5 %, et un résultat net de 1,45 milliard de dollars (+ 20,8 %). Le groupe explique que sa profitabilité ne peut s'améliorer qu'avec des gains de productivité continus. Son PDG, Paul Allaire explique "cette restructuration est une partie importante de notre stratégie et de notre volonté de maintenir notre leadership dans le monde numérique". (Les Echos - La Tribune - L'Agefi - Le Figaro - 08/04/1998)