concurrent du lecteur-enregistreur de cassette audio et du baladeur, il n'est pas encore un produit de masse. Pour renforcer la pénétration de ces produits sur les principaux marchés tout en conse...

concurrent du lecteur-enregistreur de cassette audio et du baladeur, il n'est pas encore un produit de masse. Pour renforcer la pénétration de ces produits sur les principaux marchés tout en conservant son avance sur ses concurrents, son concepteur, Sony entend lancer l'offensive sur plusieurs fronts. L'an dernier, il s'est vendu 5,5 millions de lecteurs dans le monde, dont 1 million en Europe. Le Japon (4 millions d'unités vendues) reste le tout premier marché pour le MiniDisc. Toutefois, Sony doit faire face sur ce marché nippon à la concurrence de plus en plus féroce de Sharp dans les produits portables, de Pioneer dans les appareils de salon, de Kenwood présent sur les deux marchés. Le vice-président de Sony estime cependant sa part de marché à 60 % sur les modèles portatifs et à 40 % sur les modèles de salon. Avec 1 million d'unités vendus en Europe en 1997 (300 000 en 1996), Sony revendique une part de marché de 85 %. Cette année les ventes devraient dépasser les 2 millions d'unités. Outre sa taille réduite, l'atout principal du MiniDisc est selon Sony sa capacité d'être réenregistrable. Travaillant sur les possibilités de perfectionnement technique permettant de multiplier par quatre la capacité actuelle de ce produit, Sony n'envisage pas pour l'instant d'introduire un MiniDisc de "deuxième génération". (Les Echos - 20/02/1998)