Nestcape, une société suédoise Cabocomm réclame "une forte somme". Selon le programmeur de la firme Cabocomm, Christian Orellana, ce "bug" permettrait aux opérateurs de sites Internet d'accéder faci...

Nestcape, une société suédoise Cabocomm réclame "une forte somme". Selon le programmeur de la firme Cabocomm, Christian Orellana, ce "bug" permettrait aux opérateurs de sites Internet d'accéder facilement aux informations personnelles contenues dans les ordinateurs des personnes naviguant sur le réseau. La firme danoise, jugeant ridicule la récompense accordée traditionnellement par Nestcape aux personnes mettant en évidence les défauts de ses produits (un T-shirt et 1000 dollars) réclame "une forme somme" pour dévoiler à l'éditeur les détails de sa découverte. Depuis cette annonce, les équipes de Netscape ayant travaillé d'arrache-pied, la firme annonçait dès vendredi avoir trouvé la parade et mis au point un mini-logiciel baptisé "rustine" censé corriger les défauts de ses logiciels Navigator 2.0 et 3.0 et Communicator tout en déclarant avoir refusé de céder au chantage pour ne pas créer de précédent. Les responsables de Netscape ont précisé que la faille dans son logiciel était "très difficile à pénétrer", tout en reconnaissant que l'intrusion était effectivement possible. Actuellement en test, cette "rustine" devrait être publiée sur le site Web de Netscape "en début de semaine". (Le Figaro - 14/15 - L'Agefi - les Echos - La Tribune - 16/06/1997)