Selon le bilan de son plan lancé en novembre 1997, présenté hier par le ministère de l'Education nationale, on est passé d'un ordinateur pour 4 classes il y a un an à aujourd'hui 7 lycéens en moye...

Selon le bilan de son plan lancé en novembre 1997, présenté hier par le ministère de l'Education nationale, on est passé d'un ordinateur pour 4 classes il y a un an à aujourd'hui 7 lycéens en moyenne "par" ordinateur, 17 collégiens (toujours pour un ordinateur) et 31 écoliers. Les écoles sont passées de 1 % à 10,5 % des établissements connectés aujourd'hui à Internet, les collèges de 20 à 53 % et les lycées de 40 à 85 %. Un effort a été réalisé parallèlement sur la formation initiale et continue des enseignants. Selon le ministère, grâce à un effort financier annuel de près de 1,5 milliard de F (230 millions d'euros) dont 250 millions de F d'aide à la production, autant pour la formation continue des enseignants et 500 millions de F d'aide aux équipements, la France, autrefois mauvaise élève, s'est hissée au rang des trois premiers mondiaux pour l'utilisation des nouvelles technologies.

Sceptique sur ce comptage "invérifiable", le Syndicat des enseignants FEN fait valoir qu'une connexion à l'Internet "correspond bien souvent" à celle du centre de documentation et d'information de l'établissement. Selon le secrétaire national du SE FEN, l'usage des nouvelles technologies dans les disciplines, autres que la technologie "reste très très limité". (Les Echos - La Tribune - 20/01/1999)