Selon une étude réalisée par la société américaine Ziff Davis Market Intelligence, menée outre-Atlantique auprès des circuits de distribution grand public ou professionnel, l’achat d’un micro-ordina...

Selon une étude réalisée par la société américaine Ziff Davis Market Intelligence, menée outre-Atlantique auprès des circuits de distribution grand public ou professionnel, l’achat d’un micro-ordinateur n’est plus, ou beaucoup moins, déterminé par l’identité du fabricant de microprocesseurs. Désormais, dans l’acte d’achat, qu’un micro soit équipé d’une puce Intel, AMD ou Cyrix n’a plus une grande importance. Cette tendance apparue avec la vague des PC à moins de 1 000 dollars au début de l’an dernier ne s’est pas démentie depuis. (La Tribune 07/08/1998)