En octobre 2003, le gouvernement français lançait la campagne « Internet déclaré d'utilité tout public », censée inciter les Français à s'équiper plus largement en ordinateurs et à se connecter...

En octobre 2003, le gouvernement français lançait la campagne « Internet déclaré d’utilité tout public », censée inciter les Français à s’équiper plus largement en ordinateurs et à se connecter au réseau des réseaux. Aujourd’hui, c’est le gouvernement chilien qui se prend à imaginer les habitants de son pays tous connectés.

Par le biais du programme « Agenda numérique », le gouvernement souhaite faire avancer la compétitivité et la productivité du pays et diminuer des inégalités sociales encore très prononcées. Pour atteindre ces objectifs, 34 dispositions sont prévues, à commencer par la création d’un cadre juridique à l’usage des NTIC, la sollicitation des FAI privés pour qu’ils réduisent le tarif de leurs abonnements, et le développement de l’administration en ligne (prévision de 300 procédures à effectuer en ligne d’ici 2006).

Au menu également, le haut débit dans 80 % des écoles et universités que compte le pays, et un coup de pouce à la formation aux nouvelles technologies. Le Chili semble ainsi décidé à devenir le roi de l’Internet en Amérique du Sud ; il est pourtant déjà l’un des pays les plus développés du continent sur ce segment, affichant des taux que la France lui jalouse très certainement. A titre d’exemple, 70 % des particuliers et des entreprises chiliennes ont déclaré leurs impôts en ligne en 2003 !

(Atelier groupe BNP Paribas – 19/03/2004)