Smart city

Une couverture connectée vole au secours des sans-abris

  • 30 Nov
    2017
  • 2 min

Des étudiants de deux grandes écoles informatiques ont mis au point Cocouv, une couverture connectée qui protège les sans-abris du froid tout en les mettant en relation avec les associations.

Mettre la technologie au service des inégalités sociales, c'est bien tout l'enjeu du projet Cocouv imaginé par les étudiants d'Epitech et de l'EDHEC en collaboration avec des membres de la Croix Rouge. Selon la fondation Abbé Pierre, 141 500 personnes ne disposeraient pas d'un domicile fixe et 3,8 millions de personnes seraient mal logées. Plus préoccupant encore, bien qu'il n'y ait pas de hiérarchie dans l'horreur : près de 500 enfants dormiraient dans les rues de Paris chaque nuit selon le président du SAMU social de la ville. En France, 31 000 mineurs seraient sans-abris. Face à l'urgence de ces situations, les associations sont le plus souvent dépassées. C'est pourquoi les étudiants ont imaginé une couverture multifonctions, qui, en plus de réchauffer, apporte une assistance médicalisée personnalisée aux sans-abris. Elle est en effet est capable de recueillir des données telles que le rythme cardiaque ou le taux d'oxygénation, qu'elle transmet en permanence aux associations compétentes. En cas de situation préoccupante, les associations peuvent intervenir directement avec le matériel et les professionnels adaptés grâce au service de géolocalisation. Le service de géolocalisation est strictement protégé pour des raisons évidentes d'éthique et de morale, notamment pour éviter qu'elles ne soient utilisées pour surveiller ou discriminer une population déjà fortement marginalisée. Le projet a d'ores et déjà séduit chercheurs et médecins qui lui ont remis, lors d'un hackathon organisé par Neuroplanète, un forum spécialisé en neurosciences, le Grand Prix de la ville de Nice. De telles initiatives démontrent, même à petite échelle, le rôle social fondamental que peut revêtir la technologie… pourvu bien sûr qu'on le veuille vraiment.

Rédigé par Théo Roux