consacrés aux informations boursières. TheStreet.com a dû demander, pour la première fois, à ses abonnés d'interrompre leurs requêtes. De même, il y avait une telle affluence pour les pages financiè...

consacrés aux informations boursières. TheStreet.com a dû demander, pour la première fois, à ses abonnés d'interrompre leurs requêtes. De même, il y avait une telle affluence pour les pages financières de MSNBC que les serveurs ont tous été saturés. De leur côté, les nombreux clients des courtiers américains E*rade ou Charles Schwab, au plus fort de la panique de lundi, n'ont pu se connecter aux serveurs des établissements en raison de l'avalanche des ordres et de l'insuffisance du nombre de lignes disponibles. Il faut dire que les Américains, branchés à leurs téléphones cellulaires, messageurs numériques, sites de courtiers sur l'Internet ou à l'écoute d'une des deux chaînes de télévision d'information économique, vivent en direct et en ligne l'effervescence de Wall Street .CNBC et CNNfn ont du reste enregistré des records d'audience lundi et mardi (le rève de nos chaînes !). Des attroupements se sont même créés devant leurs écrans lors du passage de bandeaux où défilent les cours, dans les cafés et les magasins d'électronique. (Le Monde - L'Agefi - Libération - 30/10/1997)