A côté de certaines opérations d’envergure connues des seuls services de renseignements, une multitude d’infractions plus classiques (attaques de systèmes informatiques sensibles, escroqueries, pédo...

A côté de certaines opérations d’envergure connues des seuls services de renseignements, une multitude d’infractions plus classiques (attaques de systèmes informatiques sensibles, escroqueries, pédophilie ....) sont à la portée de tous les membres d’une communauté d’internautes évaluée aujourd’hui à plus de cent millions. Face à ces nouvelles formes de délinquance, les moyens de la police restent modestes. Bien que la DST dispose depuis les années 1980 d’une section informatique, il a fallu attendre 1994 pour que la police judiciaire parisienne se dote d’un service spécialisé. Mise en place en 1997 par le ministère de l’intérieur, la “cellule Internet” compte aujourd’hui une douzaine de policiers spécialisés. 424 procédures concernant essentiellement des fraudes aux télécommunications et des contrefaçons de logiciels ont été diligentées en 1997. (Le Monde - 22/09/1998)