Selon une enquête réalisée cet été portant sur 198 pays et 2 288 sites, 6 % seulement des sites publics sont ou renvoient sur un site portail administratif, 8 % des sites publics proposent des télés...

Selon une enquête réalisée cet été portant sur 198 pays et 2 288 sites, 6 % seulement des sites publics sont ou renvoient sur un site portail administratif, 8 % des sites publics proposent des téléservices totalement opérationnels en ligne. Les services les plus fréquents sont la commande de publication en ligne, l’achat de timbres et la possibilité de faire une réclamation. 2 % seulement des sites publics ont une version pour non ou mal-voyants. La France se situe au 11ème rang mondial et au 5ème rang en Europe derrière la Grande-Bretagne, l’Irlande, l’Allemagne et la Finlande. L’accès à des bases documentaires (Legifrance, base des rapports publics, service-public.fr …) figure parmi les points forts de la France. Le faible nombre de téléservices en ligne, l’absence de politiques de sécurité et de respect de la protection des données personnelles sur les sites, la faible accessibilité aux handicapés figurent parmi les points faibles. Parmi les 20 premiers on trouve les Etats-Unis au 1er rang (57,2 sur 100), Taiwan au 2ème rang (52,5), l’Australie au 3ème rang (50,7), le Canada au 4ème rang (49,6), la Grande-Bretagne au 5ème rang (47,1) … la France au 11ème rang (40,1) …et la Belgique au 18ème rang (38). Pour plus de renseignements, consulter le site http://www.worldmarketsonline.com/e_gov_report.html (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 7/11/2001)