Smart city

État des lieux de la mobilité urbaine brésilienne

  • 15 Mai
    2018
  • 2 min

Si la Silicon Valley est souvent citée comme exemple et laboratoire d'idées, le reste du continent américain aussi voit fleurir de nombreux projets de mobilité intelligente.

La mobilité urbaine est un enjeu majeur des Smart Cities, et plusieurs initiatives se distinguent en Amérique latine. L'industrie automobile de la région se transforme, et le récent rapport du cabinet Frost & Sullivan à ce sujet met en avant les efforts du Brésil, du Mexique, de la Colombie et de l'Argentine pour réduire les taxes à l'importation des véhicules électriques et développer les infrastructures de recharge. Une étude menée par Nissan révèle que 80% de la population latino-américaine est prête à acheter ce genre de véhicule. Après avoir lancé, il y a cinq ans, un programme de taxis électriques en partenariat avec la municipalité de Rio de Janeiro, le constructeur automobile a annoncé la prochaine commercialisation au Brésil de son modèle LEAF, 100% électrique et zéro émission. Audi et Airbus viennent quant à eux de signer un partenariat pour mettre en place un service de transport multimodal à São Paulo et Mexico, avec l'entrée en jeu de solutions aériennes (ici Voom, le service d'hélicoptère à la demande du constructeur aéronautique) quand les infrastructures au sol se montrent insuffisantes. Uber, qui rencontre un grand succès au Brésil (où elle est l'application de chauffeur à la demande la plus utilisée), fait face à la concurrence : 99, rachetée il y a quelques mois par la compagnie chinoise Didi; et Cabify, une société espagnole qui opère également dans sept autres pays d'Amérique latine. Autre alternative : les futurs vélos sans borne de la start-up Yellow, qui a levé neuf millions de dollars et sera la première à se lancer sur le marché des vélos partagés au Brésil. Ordre et progrès semblent être les maîtres mots du futur de la mobilité urbaine brésilienne.

Rédigé par Marie-Eléonore Noiré