Le cabinet de conseil et d'étude Analysys vient de rendre publique l'une de ses études concernant la téléphonie par Internet (ou voix sur IP). Selon celle-ci, il semblerait que la voix sur IP...

Le cabinet de conseil et d'étude Analysys vient de rendre publique l'une de ses études concernant la téléphonie par Internet (ou voix sur IP). Selon celle-ci, il semblerait que la voix sur IP puisse compter pour 13 % (soit 47,6 milliards d'euros) de parts de marché en 2008. 50 millions de personnes en Europe de l'ouest l'utiliseraient alors.

Il s'agit là, selon les auteurs du rapport, du pire scénario imaginable pour les opérateurs de téléphonie fixe. De précédentes études avaient estimé à 5 % maximum la part de marché de la téléphonie sur IP en 2008.

Ce qui est encore plus surprenant, dans l'étude d'Analysys, c'est qu'elle laisse penser que la voix sur IP sera plus adoptée par les particuliers qu'on ne le pensait. Une popularité qui s'explique par la présence de plus en plus remarquée sur le marché de sociétés comme Skype et de son logiciel de téléphonie : celui-ci permet de téléphoner gratuitement et sans limitation de durée de poste à poste via Internet ou bien de passer des communications vers des lignes téléphoniques terrestres ou mobiles au prix d'une communication locale.

A ce tarif, et à l'heure où l'Autorité de Régulation des Télécommunications, dans un pays comme la France par exemple, est obligée de contraindre la baisse du prix des appels fixes vers les mobiles, pas étonnant que des sociétés comme Skype fassent un tabac !

(Atelier groupe BNP Paribas - 05/11/2004)