Le jugement rendu mercredi par la première chambre du tribunal de grande instance de Paris interdit au Figaro d'exploiter, via le Minitel ou Internet, les articles des journalistes de sa rédaction...

Le jugement rendu mercredi par la première chambre du tribunal de grande instance de Paris interdit au Figaro d'exploiter, via le Minitel ou Internet, les articles des journalistes de sa rédaction, sans autorisation de ceux-ci. Sous peine d'une astreinte de 10 000 F par jour, le quotidien a un mois pour cesser la mise en ligne des articles. Un expert a également été nommé par le tribunal pour fixer les sommes dues aux journalistes au titre de cette exploitation de leurs articles. Le service mis en cause par le Syndicat national des journalistes et par huit journalistes du Figaro est une consultation de deux ans d'archives du quotidien par Minitel, assortie de la possibilité d'obtenir la copie des articles. (Libération - 17-18/04/1999)