Gouvernements et politiciens européens sont aujourd’hui à portée de doigts depuis un smartphone. Et pourtant, selon une étude, la quasi-totalité des comptes gouvernementaux ont failli à leur mission d’engager les citoyens et de créer une véritable communauté.

Les gouvernements n'attirent pas les foules sur les réseaux sociaux

Smart City et pouvoirs publics vont de pair, et nombres de gouvernements européens ont tentés de saisir le virage du numérique en suivant les tendances sur les réseaux sociaux. Cependant à l’heure actuelle, il semble qu’en Europe, aucun gouvernement ne puisse se targuer d’avoir engagé ses citoyens dans un e-gouvernement réellement productif. Des chercheurs de macédoine ont étudié en détail les mentions et réponses Twitter reçues par les comptes de 56 ministères dans 17 pays de l’EU. Les résultats de cette étude font preuve de l’échec des gouvernements à la création de e-communautés. Des résultats qui font échos à une étude américaine confirmant que l'engagement politique ne naît toujours pas sur les réseaux sociaux.

Manifestement, le concept d’e-gouvernement doit encore mûrir avant de s’imposer sur les réseaux et d’apporter une réelle plus-value à la smart city de demain. Certains pays européens semblent tout de même plus avancés que d’autres, comme l’Estonie, le Danemark ou la France.

 

Rédigé par Quentin Delzanni
Community Manager / rédacteur web