Smart city

Grâce au guidage par satellite, le train fait un pas vers l'autonomie

  • 27 Fev
    2018
  • 2 min

Testé actuellement par la SNCF, grâce à un partenariat avec le CNES, le guidage par satellite du trafic ferroviaire pourrait permettre au train de gagner en autonomie. Avec de nombreux avantages à la clef.

Si le train entièrement autonome n'est pas encore pour tout de suite, l'utilisation des satellites pour évaluer le trafic et l'état des voies ferrées a déjà commencé. Grâce à un écosystème de satellites de type Galileo, la SNCF expérimente une solution innovante pour mieux répondre aux attentes de ses usagers en matière de sécurité et de ponctualité. Un suivi depuis le ciel permet d'accéder à des données millimétrées du trafic, permettant ainsi de localiser un train avec une plus grande précision, de savoir s'il sera dans les temps, à la seconde près, pour effectuer son trajet et, enfin, informer en temps réel les voyageurs. Il permet aussi d'éviter de mettre en circulation plus de trains que ce que le réseau ne peut supporter, ce qui est l'une des causes principales des retards. De plus, en utilisant l'interférométrie, les satellites peuvent scruter l'état des rails et des infrastructures pour signaler toute anomalie. Il est par exemple possible de savoir si un ballast s'est enfoncé dans le sol de quelques millimètres ou si les aiguillages montrent des signes d'usure, ce qui représente un gain de sécurité très important. À terme, les satellites pourraient donc pousser encore plus loin leur analyse et être en mesure d'effectuer certaines opérations plus complexes, comme détecter la présence d'individus sur les voies. Autant d'atouts pour permettre au train de devenir autonome dans les années qui viennent.

Rédigé par Arnaud Pagès