En avertissant la communauté financière en septembre que son groupe terminerait l’année dans le rouge pour la première fois de son existence, le président d’Hitachi avait prévenu “nous traversons la...

En avertissant la communauté financière en septembre que son groupe terminerait l’année dans le rouge pour la première fois de son existence, le président d’Hitachi avait prévenu “nous traversons la crise la plus grave de notre histoire”. Au premier semestre, Hitachi a accusé une perte nette non consolidée de 124,7 milliards de yens (5,4 milliards de F) et prévoit 260 milliards de yens de pertes pour l’exercice entier clos fin mars 1999. Sur la même période, son chiffre d’affaires s’est élevé à 1,799 milliards de yens, soit une baisse de 12,4 %. Selon Hitachi, ces mauvais résultats s’expliquent non seulement par la chute du prix des mémoires informatiques, mais aussi par des performances décevantes dans les composants à plus forte valeur ajoutée (systèmes sur puces). Les crises japonaise et asiatique ont aussi pesé sur ses ventes d’ordinateurs personnels, de tubes cathodiques pour écrans d’ordinateurs et d’écrans à cristaux liquides. Enfin, traditionnellement fournisseur important des compagnies d’électricité nippones, Hitachi a souffert du ralentissement de leurs importants investissements. (Les Echos 28/10/1998)