2004 sera l'année d'un tournant important pour IBM. Sous l'impulsion de Steve Mills, la division logiciels qu'il dirige devrait être réorganisée en une douzaine de groupes répondant aux besoins de...

2004 sera l’année d’un tournant important pour IBM. Sous l’impulsion de Steve Mills, la division logiciels qu’il dirige devrait être réorganisée en une douzaine de groupes répondant aux besoins de divers secteurs d’activité : assurance, banque, automobile, distribution, santé, électronique, administration, etc. Cette verticalisation est censée stimuler la division logiciels de Big Blue, dont les ventes ont quelque peu stagné cette année, à 13,1 milliards de dollars.

Cette décision stratégique est la plus importante prise par le groupe depuis 1999, année de l’abandon par IBM du marché des progiciels et du recentrage sur le marché des logiciels d’infrastructure. La direction de Big Blue prévoit que plus de la moitié des 13.000 commerciaux que compte la division logiciels soient formés à la vente de produits métier, et 20.000 ingénieurs seront affectés à la déclinaison des logiciels par secteur d’activité.

Du point de vue du message marketing, IBM prévoit de s’éloigner de sa communication traditionnelle des cinq marques qui composent aujourd’hui l’offre logicielle d’IBM : WebSphere, DB2, Tivoli, Lotus, et Rational. Parallèlement, IBM devra inciter les éditeurs tiers à verticaliser eux aussi leurs produits, ou à les coupler avec les nouveaux packages verticalisés que proposera le groupe.

( Atelier groupe BNP Paribas – 03/12/2003)