Smart city

Intel décrypte les peurs suscitées par la voiture autonome

  • 29 Août
    2017
  • 2 min

L’entreprise technologique Intel a mené une expérience pour faire découvrir le véhicule autonome à des non-initiés et comprendre leurs blocages.

Il y a quelques mois, une étude du cabinet de conseil Deloitte - que nous analysions récemment - révélait que 74% des Américains considèrent que les voitures autonomes ne sont pas sûres. Ce chiffre est-il lié à la peur de l’inconnu ? C’est la question que s’est posée l’entreprise technologique Intel. Pour en avoir le coeur net, le groupe américain a proposé à quelques non-initiés de faire un tour en véhicule autonome avant de les interroger pour mieux comprendre ce qui les dérange. Parmi les points de blocage : le fait que l’intérieur du véhicule autonome reste le même que pour une automobile classique. Plusieurs participants ont exprimé leur anxiété à la vue d’un volant qui bougeait tout seul. Ils ont également expliqué préférer ne pas voir tout ce que faisait la voiture et ne pas avoir trop d’information. Certains étaient rassurés par la voix “humaine” de la voiture et souhaiteraient pouvoir converser avec l’intelligence artificielle comme ils l’auraient fait avec un conducteur en chair et en os. Enfin, l’un des obstacles récurrents réside dans la difficulté à faire confiance au jugement de la machine, par rapport à celui de l’homme. Comment savoir quelle sera la réaction de cette dernière si un piéton traverse hors des clous par exemple ? Finalement, l’obstacle principal n’est peut-être pas réglementaire ou technique, comme dans d’autres domaines, la confiance est clef.


Rédigé par Sophia Qadiri