Smart city

L'abonnement ou la généralisation des nouveaux usages de la mobilité

  • 06 Août
    2018
  • 2 min

Commander une course partagée via Uber ou Lyft, prendre un vélo ou une trottinette en libre-service sont pour beaucoup des moyens de transport anecdotiques. Le modèle du forfait ou de l'abonnement pourrait changer la donne.

La mobilité aujourd'hui est bien plus riche et diverse qu'il y a quelques années. Les services de véhicules ou de courses à la demande ainsi que les vélos ou trottinettes (électriques) en libre-service sont apparus au cours de cette dernière décennie et pullulent désormais. Pour beaucoup, ces moyens de transport restent exceptionnels. Prendre un Uber ou une trottinette à la demande pour tous les trajets peut vite s'avérer très onéreux. Et s'il y avait un abonnement pour mieux en profiter ? C'est le modèle qu'ont choisi d'expérimenter la start-up Jump pour ses vélos électriques en libre-service, ainsi que Lyft et son concurrent Uber. L'objectif ? Voir se généraliser l'usage de leurs services ou en tout cas l'optimiser pour certains. Des utilisateurs de Jump ont ainsi reçu une invitation à adhérer au programme Jump + :  un abonnement mensuel à 49,99 dollars (au lieu de 2,17 dollars les trente premières minutes) pour des trajets illimités avec son propre vélo électrique Jump. Une idée intéressante dans la mesure où la maintenance du deux-roues est comprise. La jeune pousse rachetée par Uber n'a pas encore officiellement lancé le pilote. Parallèlement, le nouveau service d'abonnement de Lyft coûte 7,99 dollars par mois et permet aux utilisateurs de verrouiller le prix de leur trajet le plus emprunté. Celui de leur domicile à leur lieu de travail par exemple. Une façon d'éviter la flambée des prix en période de forte demande. Uber avait déjà proposé un service équivalent à certains de ses utilisateurs. Les deux entreprises san franciscaines offrent aussi depuis plusieurs mois la possibilité d'un abonnement plus classique à leurs clients les plus fidèles. Un forfait de trente trajets pour 199 dollars par mois (ou soixante courses pour 399 dollars) pour Lyft par exemple ou encore pour Uber à San Francisco 30 dollars pour quarante courses puis deux dollars pour chaque course partagée et sept dollars pour les non partagées. Les moyens de transports ponctuels, pourraient ainsi devenir habituels. Dans la même veine, le « Pass Air France » a vocation à encourager l'achat de plusieurs vols vers une même destination, à un prix fixé à l'avance et sur une durée déterminée. Une forme d'achat en gros de ses billets d'avion et de ceux de ses proches (jusqu'à neuf bénéficiaires sont prévus). Ce qui amène à envisager un abonnement global, comme le propose Lyft à Chicago en rémunérant sous forme de jetons pour une multitude de modes de transport, les participants qui s'engagent à ne pas utiliser leur véhicule personnel. Si la multimodalité est bien l'avenir de la mobilité, peut-on envisager demain un abonnement annuel universel autorisant chacun à prendre tous les moyens de transport existants ?

Rédigé par Sophia Qadiri