Vous auriez visité un ou des sites Web interdits. Votre navigation sur la toile aurait été traquée par le ''centre des plaintes pour les fraudes sur Internet''. Vous seriez tenus d'ouvrir la...

Vous auriez visité un ou des sites Web interdits. Votre navigation sur la toile aurait été traquée par le "centre des plaintes pour les fraudes sur Internet". Vous seriez tenus d'ouvrir la pièce jointe au corps de message afin de répondre à une série de questions diligentées par le "FBI"… Vous ouvrez la pièce jointe, et votre terminal d'accès à Internet est contaminé !

Ce mauvais scénario utilise l'un des ressors classiques des spams contenant un virus : la crainte du destinataire. Au nom d'une cause ou d'une organisation reconnue, on lui intime l'ordre d'ouvrir une pièce jointe au message, il le fait de bonne foi, et il se retrouve piégé !

L'ennui est qu'ici les spammeurs ont utilisé l'acronyme "FBI" du célèbre Federal Bureau of Investigation ! Pas contente, la police fédérale américaine a fait savoir dans un communiqué que ces courriels non sollicités ne provenaient pas d'elle, que le FBI n'envoie jamais de courriels non sollicités, et qu'enfin une enquête est diligentée pour tenter de retrouver ces tristes pirates…

(Atelier groupe BNP Paribas - 24/02/2005)