Grundig, l’ancien fleuron de l’électronique allemand, a été contraint hier de déposer son bilan. Après avoir inventé les radios sans tube (1946), être devenu le premier constructeur européen de ...

Grundig, l’ancien fleuron de l’électronique allemand, a été contraint hier de déposer son bilan. Après avoir inventé les radios sans tube (1946), être devenu le premier constructeur européen de radio (1951), Grundig a commercialisé les premières télévisions allemandes (1952). Cependant, à partir du début des années 80, le groupe de Nuremberg a dû faire face à la concurrence des fabricants asiatiques qui sont arrivés sur le marché européen avec des produits analogues, mais avec de plus faibles coûts de production. Le groupe Grundig employait 4000 personnes, contre près de 39 000 employés en 1979. Après avoir connu une année bénéficiaire en 1998, Grundig a depuis accumulé les pertes, dont 150 millions d’euros en 2001, et probablement 75 millions d’euros en 2002 bien que les comptes annuels de la société n’aient pas été publiés. Les récentes négociations de rachat avec le thaïlandais Sampo et le turc Beko n’ont pas abouti à ce jour. Après les groupes Schneider (électronique) et KirchMedia (communication), le Land bavarois perd un troisième élément fort de son économie. (Atelier groupe BNP Paribas – 15/04/2003)