Ayant terminé 1997 par un chiffre d'affaires de 59,6 millions de F (+ 6,8 %) et un résultat net en régression de 4 à 3 millions, Picogiga envisage en revanche pour 1998 une progression de son activi...

Ayant terminé 1997 par un chiffre d'affaires de 59,6 millions de F (+ 6,8 %) et un résultat net en régression de 4 à 3 millions, Picogiga envisage en revanche pour 1998 une progression de son activité de 30 %, grâce notamment à l'explosion des téléphones portables. Toutefois, ayant réalisé l'an passé 50 % de son chiffre d'affaires dans les télécommunications mobiles, Picogiga n'entend pas dépasser ce seuil pour "ne pas dépendre d'un seul secteur, où la concurrence est telle que les prix vont baisser énormément". Les microprocesseurs en arséniure de gallium pour les constellations de satellites en orbite basse devraient aussi contribuer à cette croissance. Vendredi, Picogiga a du reste annoncé dans ce domaine le développement d'un nouveau produit "à fort potentiel qui est l'aboutissement de nombreuses années d'effort en collaboration avec un grand de l'électronique mondiale". La société n'est pas, non plus, effrayée par la faiblesse actuelle du marché des semi-conducteurs "nous sommes dans une niche qui n'a pas le même rythme de croissance que les semi-conducteurs en général". (Les Echos - 16/03/1998)