avec Microsoft suscite de nombreuses critiques. (Voir la revue de presse du 04/02). Selon Bruno Oudet, président de la branche française de l'Isoc, l'association oeuvrant au développement du réseau...

avec Microsoft suscite de nombreuses critiques. (Voir la revue de presse du 04/02). Selon Bruno Oudet, président de la branche française de l'Isoc, l'association oeuvrant au développement du réseau, "Dominique Strauss-Kahn n'a pas compris le problème de monopole posé par Microsoft. Il faut étudier une stratégie pour contrer ce monopole et non pour y collaborer". Pour sa part, Yves Guillemot, le PDG d'Ubi Soft, s'étonne "sous prétexte que la France est "en retard", on se tourne vers des sociétés étrangères. Et pas n'importe laquelle : Microsoft qui est aujourd'hui accusée d'abus de position dominante et de pratiques commerciales déloyales. C'est étonnant. On préférerait que le gouvernement s'appuie sur les entreprises françaises qui ont également quelques compétences". L'association d'utilisateurs Iris (Imaginons un réseau Internet solidaire) diffuse, quant à elle, sur son site Web (http://girafe.ensba.fr/iris/) "une lettre ouverte à tous les amis de Bill, et néanmoins représentants du peuple français" et invite les internautes à la signer "voilà maintenant que des représentants de la nation, élus et membres du gouvernement décident (...) d'associer le patron de Microsoft aux choix fondamentaux de notre société". (Supplément Multimédia Libération - 06/02/1998)