à l'occasion des XIIè Journées mondiales de la jeunesse. Les responsables de l'évènement peuvent ainsi, grâce au Web, donner tous les renseignements à un maximum d'intéressés en un temps record. A l...

à l'occasion des XIIè Journées mondiales de la jeunesse. Les responsables de l'évènement peuvent ainsi, grâce au Web, donner tous les renseignements à un maximum d'intéressés en un temps record. A l'approche de la venue du Pape, le site des JMJ (http://www.cef.fr/jmj97) créé en septembre 1996 a vu son audience augmenter de jour en jour "alors qu'à peine 1 200 personnes ont visité la page en septembre, on enregistre près de 57 000 connexions sur le seul mois de juillet". Créé sur la conférence des évêques de France, le site est entièrement financé par l'épiscopat et ne bénéficie d'aucune ressource publicitaire. Un autre site créé à l'automne 1996 par les frères dominicains appelé "Jubilatio" (http://jubil.op.org) a été financé par différentes communautés réparties dans le monde. "Jubilatio cela signifie bonheur et, dans le terme biblique, c'est un grand rassemblement festif". Pour le frère dominicain, il n'y a pas de doute, l'église virtuelle ne peut que se propager "les sites vont certainement se multiplier. C'est beaucoup moins cher que le téléphone et les gens qui se connectent sont dès le début plutôt indulgents". D'autres solutions sont également possibles pour ceux qui n'ont pas d'accès à l'Internet. A paris-La Défense, un cybercafé "religieux" vient d'ouvrir ses portes, on peut aussi depuis 1996, utiliser le 3615 code Gabriel. (Les Echos - 19/08/1997)